WILLIAM DUMAS

Député de la 5ème circonscription du Gard

Toute l'actualité

Mardi 03 Février 2009Assemblée Nationale

Question orale sur l'entreprise Merlin Gerin à Alès.

Lire la suite

Dans le cadre des questions orales sans débat, en séance publique à l'Assemblée Nationale, William DUMAS est intervenu sur les menaces de délocalisation et de chômage qui pèsent sur  les salariés de l'entreprise MG d'Alès, voici le texte de son intervention :

M. William Dumas attire l'attention de Mme la ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi sur la situation de l'entreprise Merlin Gérin à Alès dans le Gard.

Cette entreprise, qui appartient au groupe Schneider, est spécialisée dans la production de disjoncteurs. Elle emploie aujourd'hui 467 salariés et rapporte au groupe plus de 77 millions d'euros par an.

La direction générale a annoncé, au mois de juin, la suppression de 108 emplois sur le site d'Alès, soit plus de 20% de l'effectif. Or, le groupe de matériel électrique dégage d'énormes bénéfices. 1,6 milliards d'euros net en 2007, soit une augmentation de 23% par rapport à l'année précédente.

De plus, l'objectif de croissance fixé pour 2008 sera atteint selon le dernier rapport d'informations financières du groupe. Voilà donc un groupe qui prospère et pourtant, il délocalise. Petit à petit il réduit les capacités de production des salariés du site d'Alès. La préparation métallique, l'assemblage et une partie de la finition des disjoncteurs, sont désormais réalisés par une entreprise Bulgare qui elle-même sous traite.

Aujourd'hui, le coût de sortie d'usine MG Alès est de 1 euro pour un prix à la vente de 15 euros. En produisant en Bulgarie le groupe entend simplement encore accroître ses marges, déjà énormes. Madame la Ministre, le président de la République s'est élevé, à Toulon, contre les entreprises qui utiliseraient la crise ambiante pour justifier des réductions d'effectifs.

La suppression de 105 emplois sur le site d'Alès serait pour l'ensemble du secteur un cataclysme social et économique. En effet, Alès, ancien bassin minier, a déjà perdu l'entreprise Jallatte, les pianos Pleyel et aujourd'hui, l'entreprise Bonny qui emploi 55 salariés est placée en redressement judiciaire. Pour cette dernière, un plan social prévoit la suppression de 25 emplois.

Là encore, la crise n'y est pour rien. Le groupe concurrent qui l'a absorbée lui a coupé les vivres pour s'en débarrasser. A quand la fin de l'hémorragie ? A quand la fin de ces licenciements prétextes ? La crise à bon dos. Il ne s'agit pas du secteur automobile ou immobilier. MG Alès fabrique des disjoncteurs et Bonny conditionne de la volaille. Le 4 décembre, dans son plan de relance anti-crise, Nicolas Sarkozy s'est posé en défenseur d'une industrie française menacée par les « prédateurs » et les délocalisateurs.

En conséquence, Madame la Ministre, je vous interpelle et vous demande avec insistance quelles dispositions vous entendez prendre pour sauver les emplois de Merlin Gérin d'Alès, et faire un exemple qui irait dans le sens des propos tenus par le chef de l'état.


Question au Gouvernement sur la situation de l'entreprise Merlin Gerin à Alès.

Jeudi 29 Janvier 2009Nîmes

Manifestation pour la défense du pouvoir d'achat.

Lire la suite

Environs 2,5 millions de personnes ont manifesté le 29 janvier contre la politique du gouvernement. Un mouvement massif auquel ont participé, dans tous les cortèges en France, les socialistes.

A Nîmes, William DUMAS, député de la 5ème circonscription a manifesté en compagnie de Damien ALARY, Président du Conseil Général du Gard, de Fabrice VERDIER, Conseiller Régional et de Françoise DUMAS d'Habitat du Gard et de l'ensemble des élus, des militants.

Le départ de la manifestation avait lieu à 15h00 sur l'avenue Jean Jaurès.

Plus de 30 000 personnes ont défilé dans les rues de la Préfecture du Gard pour dire leur opposition à la politique du Gouvernement, pour la défense des services publics partout menacés et pour le pouvoir d'achat.

Les élus socialistes se sont réjouis de l'importance de la mobilisation.

Photo n°1/4

Jeudi 29 Janvier 2009Canton de Saint Mamert du Gard

Galette des rois à la section de Saint Mamert.

Lire la suite

Comme chaque année, les militants de la section du Parti Socialiste de Saint Mamert du Gard se sont réunis pour partager la traditionnelle galette des Rois.

Ce fut l'occasion pour William DUMAS de présenter à ses camarades militants l'action et la position des parlementaires socialistes, lors du vote de la loi organique de modernisation des institutions le mardi 20 janvier.

Il a expliqué comment cette loi qui devait donner plus de pouvoir aux parlementaires va, en fait, réduire les possibilités d'action des députés d'opposition en limitant la durée des débats parlementaires et les possibilités d'amendements.

Il s'agit en fait d'octroyer un crédit temps de parole aux parlementaires qui ne pourront plus user du droit d'obstruction, seul moyen pour eux d'alerter les média et donc l'opinion publique.

Photo n°1/3
Un ambiance chaleureuse pour cette galette républicaine.
Un ambiance chaleureuse pour cette galette républicaine.
Mardi 27 Janvier 2009Assemblée Nationale

Intervention sur la loi de mobilisation pour le logement.

Lire la suite

Dans le cadre de la discussion générale sur la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion proposée par Madame Christine BOUTIN, William DUMAS a pris la parole.
Voici son intervention :

M. le président: La parole est à M. William Dumas.

M. William Dumas: Nicolas Sarkozy disait à Charleville-Mézières, le 18 décembre 2006 : « Si je suis élu président de la République, je veux que, d'ici à deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid ». Deux ans après, le budget consacré au logement affiche une baisse de 7 % et le Gouvernement s'acharne à précariser davantage les plus défavorisés.
Il faut créer du logement social. Vous me direz que le Gouvernement l'a prévu dans son plan anti-crise. Mais les 600 millions d'euros destinés à construire 70 000 logements en 2009 ont été débloqués pour soutenir les entreprises du bâtiment, pas pour enrayer la crise du logement.

Mme Christine Boutin, ministre du logement: Ça commence bien !

M. William Dumas: Car vous n'avez toujours pas pris conscience de la nécessité de créer du logement social  ou, plus simplement, vous ne le voulez pas.
La preuve en est l'article 17 du projet de loi, fort heureusement supprimé par le Sénat, qui remettait en cause l'article 55 de la loi SRU en intégrant au calcul des 20 % de logements sociaux imposés aux communes les logements acquis avec l'aide de l'État. En s'attaquant à cet article, l'objectif était simple : il s'agissait d'exclure les plus pauvres des communes les plus riches !

Mme Christine Boutin, ministre du logement: C'est très injuste !

M. William Dumas: En France, six millions de personnes sont en situation de fragilité, c'est-à-dire qu'elles vivent dans des copropriétés dégradées ou qu'elles ont des impayés de loyers depuis plus de deux mois. En Languedoc-Roussillon, par exemple, 70 % de la population est éligible au logement social. Actuellement, il y a dans cette région plus de 40 000 demandes en attente.
Plus largement ; il manque en France 900 000 logements sociaux. Il faudrait en construire 120 000 par an pour combler ce déficit.
L'article 19 du projet de loi prévoit la réduction du délai d'expulsion de trois ans à un an, pénalisant ainsi tout accident de la vie : divorce, chômage, etc.
Quant à l'article 25, il joue sur les mots en remplaçant le mot « taudis » par l'expression « habitat indigne ». Dois-je rappeler que c'est un gouvernement de gauche qui a lancé le premier programme d'action publique de lutte contre l'habitat indigne, au sein du volet français d'un programme acté par l'Union européenne au sommet de Nice en décembre 2000 ?
Vous exigez, madame la ministre, que les plans départementaux d'action pour le logement des personnes défavorisées inscrivent cette action au premier rang de leurs priorités, mais vous n'avez toujours pas pris le décret d'application de la loi d'engagement national pour le logement, votée le 13 juillet 2006, et qui permettrait de recenser les situations d'habitat indigne bien avant que ne soient pris des arrêtés administratifs.
Par votre carence, par l'impossibilité de suivre les logements, chaque mois, les CAF et les MSA continuent d'ouvrir des droits sur des logements non décents, alimentant parfois le commerce des marchands de sommeil.
Alors que vous poussez les collectivités locales à conduire des actions de luttes contre l'habitat indigne, vous déchargez vos services départementaux du suivi de ces actions en le confiant aux futures directions régionales de l'équipement, de l'aménagement et du logement, qui seront de véritables fourre-tout.

Mme Christine Boutin, ministre du logement: Croyez-vous vraiment que je ne puisse pas suivre cela du ministère ?

M. William Dumas: Je connais bien ces dispositifs et les missions qui ont pu éclore à l'échelle des plans départementaux. Pauvres départements, qu'on promet à une proche disparition, mais à qui on n'arrête pas de demander plus, encore plus, toujours plus !
La moindre des choses serait de revoir l'article 65 de la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, qui a réformé les fonds de solidarité pour le logement, dont l'État s'est désengagé. Il faut rétablir le financement paritaire des FSL ; il faut leur redonner toute leur place dans l'établissement des conditions d'octroi aux plans départementaux d'action pour le logement des personnes défavorisées, afin d'éviter qu'à situation équivalente une personne ne dispose pas de droits équivalents, du simple fait de son département de résidence.

M. Jean-Yves Le Bouillonnec: Eh oui !

M. William Dumas: Mon collègue Jean-Yves Le Bouillonnec a d'ailleurs déposé, au nom du groupe socialiste, une proposition de loi destinée à remédier à ce problème.

M. Alain Cacheux: Excellente proposition !

M. William Dumas: Il y a donc un décalage entre votre projet de loi et la réalité. Vous prônez l'accession sociale à la propriété, alors que des millions de Français ne savent pas s'ils pourront payer leur loyer à la fin du mois !
Nous, socialistes, ne sommes pas contre l'accession sociale à la propriété, bien au contraire, mais nous pensons que l'urgence est ailleurs. L'urgence est au maintien d'un secteur locatif à des prix abordables ; elle est aussi de veiller à la mise en œuvre du droit au logement opposable. En région parisienne, 32 000 ménages sont éligibles au DALO mais seuls 87 d'entre eux ont été relogés. Va-t-on leur proposer d'accéder à la propriété ?

M. le président: Merci de conclure, mon cher collègue.

M. Alain Cacheux: Ce qu'il dit est très intéressant, monsieur le président !

M. William Dumas: Pour conclure, je tiens à aborder rapidement la douloureuse question de l'hébergement des SDF, qui touche aux plus fragiles de notre société. Je souligne que c'est aux départements que l'on va demander, demain, de trouver des solutions. Voilà un étonnant moyen de tenir les promesses du candidat Sarkozy, que j'ai citées au début de mon intervention ! Deux ans plus tard, plus de 100 000 personnes sont sans domicile fixe et 300 personnes sont mortes de froid cette année. Il est urgent d'agir !
(Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)"


Intervention sur la réforme sur le logement.

Jeudi 22 Janvier 2009Canton de Sauve

Rencontre avec les militants socialistes de Sauve et Quissac.

Lire la suite

Ce jeudi avait lieu une rencontre des sections du Parti Socialiste de Sauve et de Quissac à la mairie de Sauve.

Autour d'un buffet, étaient présents Françoise LAURENT-PERRIGOT, Sénateur du Gard, Olivier GAILLARD, Conseiller Général du canton de Sauve, Marc JONGET, Maire de Quissac, Bernard MARION, Maire de Sauve,   Claude PRADILLE, ancien sénateur maire de Sauve et secrétaire de section et tous les militants.

Ce fut l'occasion pour William DUMAS de présenter aux militants l'action et la position des parlementaires socialistes, lors du vote de la loi organique de modernisation des institutions le mardi 20 janvier.

Il a expliqué comment cette loi qui devait donner plus de pouvoir aux parlementaires va, en fait, réduire les possibilités d'action des députés d'opposition en limitant la durée des débats parlementaires et les possibilités d'amendements.

Il s'agit en fait d'octroyer un crédit temps de parole aux parlementaires qui ne pourront plus user du droit d'obstruction, seul moyen pour eux d'alerter les média et donc l'opinion publique.

Photo n°1/2
William Dumas discute avec les militants socialistes de la section de Sauve.
William Dumas discute avec les militants socialistes de la section de Sauve.
Mardi 20 Janvier 2009Assemblée Nationale

Manifestation des députés socialistes dans l'hémicycle.

Lire la suite

Projet de loi organique sur les droits du Parlement : La crise parlementaire

Le Président de la République, le président de l'Assemblée nationale, le président du groupe UMP, le président de la Commission des lois et le gouvernement ont pris la responsabilité d'ouvrir une crise politique majeure.

Ensemble, ils ont conçu ce projet de loi organique qui a pour but essentiel d'entraver le droit d'amendement des parlementaires et de limiter l'expression de l'opposition.

Ensemble ils ont décidé d'enfreindre la Constitution qui protège et garantit ces droits.

Ensemble, ils ont mis fin à la tradition parlementaire qui imposait le consensus entre la majorité et l'opposition sur les règles touchant au fonctionnement des Assemblées.

Avec le temps guillotine, ils ont décapité la liberté individuelle des parlementaires de défendre des amendements et de les utiliser pour informer l'opinion des dangers d'un texte de loi.

Ces entraves contenues dans l'article 13 du projet de loi démentent leurs affirmations selon lesquelles la révision constitutionnelle de Juillet renforcerait les prérogatives du Parlement. Elles visent au contraire à bâillonner l'opposition parlementaire, à lui retirer le seul pouvoir qu'elle détient dans nos institutions : le temps de débattre, le temps d'expertiser les textes, le temps d'éclairer les Français.

Leur but est simple : mater le Parlement ; plier le temps les hommes et les lois à la volonté du Président de la République et à ses penchants autoritaires.

Leur argument de l'obstruction, invoqué pour justifier ce forfait, est nul et non avenu. Jamais, sous la Vème République, l'opposition n'a pu empêcher l'adoption d'un texte. Comme l'a une nouvelle fois démontré le débat sur ce projet de loi, la Constitution donne tous les instruments au pouvoir exécutif de faire voter ses projets.


Voici la vidéo réalisée par le groupe socialiste à l'Assemblée Nationale qui retracent le déroulement des débats sur cette loi.


Révolte à l'Assemblée Nationale.

Samedi 10 Janvier 2009Canton de Sommières

Inauguration des nouveaux aménagements de l'école d'Aigues Vives.

Lire la suite

La cours de récréation de l'école primaire d'Aigues Vives a été entièrement rénovée par la municipalité d'Aigues Vives.

Des dalles amortissantes ont été installées sur un revêtement entièrement neuf. De nouveaux jeux ont été installés.

A cette occasion, Monsieur le Maire Jacky REY a présenté les vœux de la municipalité à la population d'Aigues Vives autours d'un verre de l'amitié.


Photo n°1/2
Discours de Madame la Directrice de l'école.
Discours de Madame la Directrice de l'école.
Vendredi 09 Janvier 2009Canton de Sommières

Cérémonie des voeux à Salinelles et Aubais.

Lire la suite

En ce début d'année, les cérémonies de vœux des élus municipaux se multiplient dans la cinquième circonscription.
William DUMAS s'est rendu ce vendredi aux cérémonies organisées par les mairies de Salinelles et d'Aubais, dans le canton de Sommières.

Ces cérémonies sont l'occasion pour le Député de rencontrer les élus et la population, de s'informer des projets des municipalités et du sentiment des habitants.

Cette année, le maire de Salinelles, Monsieur Guy Aimont a profité de l'occasion pour faire un bilan des actions accomplies par son conseil municipal depuis l'élection du mois de mars dernier et un point sur les différents projets en cours ou prévus et leurs financements. Il a ensuite donné la parole aux salinellelloises et aux salinellois pour répondre à leurs questions.

A Aubais, William DUMAS a partagé le verre de l'amitié avec Madame le Maire, Madame Pylar Chaleyssin, le Conseiller Général du canton de Sommières Monsieur Christian Valette, le maire de Nages Monsieur Jean Baptiste Estève et le maire d'Aigues Vives, Monsieur Jacky Rey.

Photo n°1/4
Arrivée à Salinelles, William Dumas salut les habitants présents.
Arrivée à Salinelles, William Dumas salut les habitants présents.
Jeudi 04 Décembre 2008Canton de Saint Jean du Gard

Rencontre avec les élus du canton de Saint Jean du Gard.

Lire la suite

Après avoir visité les cantons de Sumène, de Lasalle, de Trèves, d'Alzon et de Sauve, le député William DUMAS, accompagné du conseiller général Lucien Affortit, s'est rendu ce jeudi 4 décembre 2008, dans le canton de Saint-Jean-du-Gard, où il a pu rencontrer les maires et les conseillers municipaux.

A Corbès, les élus ont annoncé au député que 90% du territoire de la commune sera couvert en haut débit d'ici un an.  Ils ont ensuite exprimé leurs difficultés à mettre en place le service minimum d'accueil et leurs inquiétudes quant au projet du gouvernement concernant le travail le dimanche.

Les élus de Miallet, voulaient pour leur part avoir des informations sur le projet de  maison médicale à Saint-Jean-du-Gard.

Cette visite a donc été l'occasion, pour William DUMAS, de présenter l'actualité législative et de faire le point avec les élus locaux sur les projets en cours dans les communes et dans le canton.

A cette occasion les élus de Saint-Jean-du-Gard ont appris que le projet de  construction d'un quartier écologique dans la commune avait été retenu.

Ils ont ensuite fait état des dégâts, chiffrés à 500 000 euros,  causés par les dernières inondations. Ils attendent toujours une réponse de l'Etat sur leur demande de classement en catastrophe naturelle.

Jeudi 04 Décembre 2008Canton de Anduze

Inauguration de la Maison de retraite Montvaillant à Boisset et Gaujac.

Lire la suite

Ce jeudi matin avait lieu en compagnie des élus du canton, maires et conseillers généraux, l'inauguration de la nouvelle maison de retraite Montvaillant à Boisset & Gaujac.

Voici le discours que William DUMAS a fait à cette occasion.

"Mesdames, Messieurs les Élus, Mesdames, Messieurs,  Chers Amis,

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai répondu à cette invitation.

En effet, en tant que député, je suis toujours très ému de participer à l'inauguration d'une maison de retraite dans ma circonscription.

Vous le savez, j'attache une importance particulière à l'accueil et à l'amélioration du cadre de vie des citoyens de nos communes rurales et particulièrement de nos aînés.

Nous nous devons de ne pas les déraciner, de ne pas les couper de leurs attaches qui les relie à leurs souvenirs.
C'est pourquoi, à mon sens, il faut construire des maisons de retraite dans nos villages.

D'ailleurs, la commune de Fons, dont je fus le maire, vient de se porter acquéreur d'un terrain de … hectares pour construire une maison de retraite qui sera gérée par l'hôpital d'Uzès.  

Aujourd'hui, le vieillissement de la population nous impose de prendre en compte beaucoup plus en amont l'accueil des personnes âgées dans les établissements. Il faut anticiper et créer des lits Alzheimer.
Votre réalisation n'en a que plus de valeur et de mérite.
Permettez-moi de vous en féliciter à un moment où nous devons redoubler d'efforts pour doter notre pays d'une véritable stratégie de prise en charge des personnes âgées.
Je me réjouis que les personnes fragiles, dont vous avez la charge, puissent bénéficier d'un cadre de vie si agréable.
Je souhaite également féliciter la mairie. Grâce au centre de loisir, elle permet à nos personnes âgées de recevoir, 5 fois par an,  la visite des enfants de la commune. C'est une bouffée d'air pour les anciens et l'apprentissage du respect pour nos enfants.

Cette maison de retraite, de par sa mission spécifique, deviendra, j'en suis certain, un exemple.

Le château Montvaillant sera en effet le seul établissement du département à proposer un accueil dédié uniquement aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.
Je tiens donc à remercier les partenaires de ce projet qui va permettre d'accueillir 60 lits d'hébergement permanents sur le site de Boisset et Gaujac.

Et je salue tout particulièrement le personnel qui travaille auprès de nos anciens.

Construire, ou agrandir et réhabiliter une maison de retraite, c'est permettre à nos personnes âgées de vieillir dans la dignité.

Car comme l'a dit Pierre-Henri Simon : « Il y a une dignité à vieillir comme on a vécu ».

Je vous remercie"

Vidéos

Mercredi 16 Novembre 2016Assemblée Nationale

Intervention William DUMAS

Mercredi 09 Novembre 2016Assemblée Nationale

Intervention William DUMAS

Mardi 08 Novembre 2016Assemblée Nationale

Intervention William DUMAS

Mercredi 19 Octobre 2016Assemblée Nationale

Intervention William DUMAS

Mardi 16 Février 2016Assemblée Nationale

Intervention William DUMAS

Jeudi 04 Février 2016Assemblée Nationale

Intervention William DUMAS

Images

Lundi 08 Août 2016NîmesVisite de la maison d'arrêt aux côtés de Manuel VALLS et Jean-Jacques URVOAS

Visite de la maison d'arrêt aux côtés de Manuel VALLS et Jean-Jacques URVOAS

Vendredi 29 Juillet 2016AlèsPatrice REYDON, Nelly FRONTANAU et William DUMAS

Visite de l'Entreprise Harmony Bureaux et Tendance à Alès

Vendredi 29 Juillet 2016Permanence Frabrice VerRendez-vouc commun avec Fabrice VERDIER

Rendez-vouc commun avec Fabrice VERDIER

Mercredi 27 Juillet 2016Canton de TrèvesVisite du Canton de Trèves

Visite du Canton de Trèves

Vendredi 22 Juillet 2016Canton de GénolhacVisite du Canton de Génolhac

Visite du Canton de Génolhac

Jeudi 21 Juillet 2016Canton de GénolhacVisite du canton de Génolhac

Visite du canton de Génolhac